L'Atelier de rencontres

de l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs

Formafantasma / Andrea Trimarchi et Simone Farresin

Jeudi 18 décembre 2014 à 18h30 : l’Atelier de rencontres reçoit pour sa dernière séance de l’année 2014, le duo de designers italiens Andrea Trimarchi et Simone Farresin, fondateurs du studio Formafantasma.

L’Atelier de rencontres reçoit pour sa dernière séance de l’année, le duo de designers italiens Andrea Trimarchi et Simone Farresin, fondateurs du studio Formafantasma. Ils fondent leur travail sur des techniques artisanales parfois oubliées auxquelles ils intègrent des processus industriels complexes. Ils tissent des liens étroits entre cultures locales et contexte global pour une œuvre de mémoire à la fois fragile et durable, poétique et high tech. http://www.formafantasma.com


Les jeudis de 18h30 à 20h00
Amphithéâtre Rodin
École nationale supérieure des Arts Décoratifs
31 rue d’Ulm – 75005 Paris
Entrée libre !

L’Atelier de rencontres de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs est un rendez-vous hebdomadaire incontournable de l’actualité culturelle. Il invite des personnalités de tous horizons, françaises et étrangères, à présenter leurs recherches et projets au cours d’une séance ouverte au débat avec les étudiants et le public. Animé pendant de longues années avec constance et brio par Jean-Louis Pradel (un ouvrage co-publié l’an dernier par l’École des Arts Déco/Bookstorming témoigne de la richesse de cette aventure) sa programmation est désormais assurée par Alain Cueff.

Gilles A. Tiberghien : « Un lieu dans le monde »

Jeudi 11 décembre  à 18h30 : L’Atelier de rencontres reçoit le philosophe Gilles A. Tiberghien.

L’Atelier de rencontres reçoit cette semaine le philosophe Gilles A. Tiberghien dont l’ouvrage « Notes sur la nature, la cabane et quelques autres choses » vient d’être réédité aux éditions Le Félin.
Construction provisoire en marge de l’ordre architectural usuel, la cabane permet d’entreprendre et de penser des expériences de l’espace et de la nature.
De Thoreau à Kawamata, Gilles A. Tiberghien, en relève et en ouvre les murs, dans un essai en forme de chantier sans fin.

Gilles Tiberghien © Victor Cornec et Antoine Omerin

Anne Montfort : « Sonia Delaunay, Art Total »

Jeudi 4 décembre à 18h30 : Anne Montfort autour de l’exposition « Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction » au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris jusqu’au 22 février 2015.

Au cœur de la modernité, l’œuvre de Sonia Delaunay s’est développée dans de multiples directions, du tableau aux environnements, de la peinture aux arts appliqués, de l’abstraction à la décoration.
Un art radieux magistralement remis en scène dans la rétrospective que lui consacre le Musée d’art moderne de la Ville de Paris.
Anne Montfort, commissaire de l’exposition, évoquera le parcours d’une artiste dont l’exemple est plus que jamais précieux.

Annie Le Brun : « Sade aujourd’hui »

Jeudi 27 novembre à 18h30 : Annie Le Brun « Sade aujourd’hui »

Longtemps clandestine, l’œuvre de Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) est plus que jamais scandaleuse : en balayant avec violence les préjugés moraux, elle remet en cause l’ordre même des choses et nous confronte à un néant ténébreux, vertigineux. Annie Le Brun, poète, essayiste, inspiratrice et commissaire de l’exposition « Sade. Attaquer le soleil » (musée d’Orsay). Elle  mettra en lumière la révolution de la représentation ouverte par les textes de l’écrivain.

Annie Lebrun © Victor Cornec et Antoine Omerin

Annie Lebrun © Victor Cornec et Antoine Omerin

Philippe Nemo : « Esthétique de la liberté »

Jeudi 20 novembre 2014 à 18h30 : Philippe Nemo « Esthétique de la liberté »

Quels sont exactement les liens qui unissent liberté et beauté? La question traverse la philosophie occidentale en suivant des détours parfois déconcertants. L’Atelier de rencontres invite le philosophe Philippe Nemo qui en a fait le sujet de son essai, Esthétique de la liberté. De Platon à Proust, il s’agira d’apprécier la portée d’un problème essentiel.

Philippe Nemo © Victor Cornec et Antoine Omerin

Philippe Nemo © Victor Cornec et Antoine Omerin

Anne Baldassari : « Picasso remix »

Jeudi 6 novembre 2014, exceptionnellement à 19h00 : Anne Baldassari, « Picasso remix »

Cette semaine l’Atelier de rencontres reçoit Anne Baldassari qui fut directrice du musée Picasso de 2005 à 2014. Quarante et un ans après la disparition de l’artiste, la réouverture du Musée Picasso dans l’Hôtel Salé après plusieurs années de travaux de réaménagements est un événement. D’abord parce que le projet architectural de Jean-François Bodin redonne à la demeure toutes ses fonctionnalités muséales, et parce que les partis pris d’Anne Baldassari, axé sur le travail de Picasso et non sur son mythe, permettent de revisiter en profondeur son œuvre.

Anne_Baldassari

Anne Baldassari © Victor Cornec et Antoine Omerin

Philippe Mayaux : « Transformateur Duchamp »

Jeudi 30 octobre 2014 à 18h30 : Philippe Mayaux « Transformateur Duchamp »

L’Atelier de rencontres reçoit l’artiste Philippe Mayaux autour de l’exposition « Marcel Duchamp, la peinture, même», présentée actuellement au Centre Pompidou. Rebattre les cartes de l’héritage duchampien, c’est ce que fait depuis le début des années 90 Philippe Mayaux, dont le travail tourne et contourne les leçons de Duchamp avec une liberté et une insolence que celui-ci n’aurait pu désavouer.
« Artiste de l’optique », persuadé que «  l’on peut peut aussi bien réfléchir avec l’œil qu’avec le cerveau », ses tableaux, ses fresques, ses objets, décomposent, avec une joie provocante, le mythe de la fin de l’art.

Philippe Mayaux © Victor Cornec et Antoine Omerin

Jean-Pierre Cometti, « L’action de l’art »

Jeudi 23 octobre 2014 à 18h30 : Jean-Pierre Cometti, « L’action de l’art ».

Où il sera question de démocratie et d’utopie, de crise de la peinture, de cruauté, de liberté, de manières de s’orienter dans l’espace,
de métamorphoses, de spectateur… John Cage, Marcel Duchamp, le Marquis de Sade, Plotin et Proust, seront quelques-unes des figures discutées au cours de cette nouvelle saison des Ateliers de rencontres, à l’occasion d’expositions en cours et de publications récentes.
À commencer par celle consacrée au légendaire Black Mountain College, foyer des avant-gardes américaines.
Jean-Pierre Cometti revisitera cette aventure exceptionnelle et, dans la lignée de ses travaux sur le pragmatisme, interrogera les modalités de la pratique de l’art à l’époque contemporaine.

Jean-Pierre Cometti

Jean-Pierre Cometti © Victor Cornec et Antoine Omerin

Valérie Da Costa, « Lucio Fontana, une odyssée de l’espace »

Jeudi 15 mai à 18h30 : Valérie Da Costa, « Lucio Fontana, une odyssée de l’espace ».

Valérie Da Costa, historienne de l’art et critique d’art, est l’invitée de la dernière séance de l’Atelier de rencontres de la saison.
Elle a fait paraître, en 2013, la première anthologie des écrits de Lucio Fontana ( Les Presses du réel, 2013), l’un des artistes italiens les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle.
Valérie Da Costa montrera comment les écrits de l’artiste (manifestes, textes et entretiens) viennent éclairer et accompagner ses réalisations plastiques dans le contexte de la création européenne et américaine de la seconde moitié du XXe siècle.

Emanuele Coccia, « Les images comme forme de loin »

Jeudi 10 avril à 18h30 : Emanuele Coccia, « Les images comme forme de loi »

Atelier de rencontres de l’École des Arts Décoratifs, les jeudis, de 18h30 à 20h.
EnsAD – Amphi Rodin.
31 rue d’Ulm 75005 Paris
Entrée libre, Ouvert à tous !

Le philosophe Emanuele Coccia est l’invité de l’Atelier de rencontres. Il nous parlera de la mutation du statut de l’image dans l’espace public et privé.
L’image n’est plus considérée comme un simple instrument pour déclencher des sentiments esthétiques, ni comme le simple dépôt d’informations ou d’un savoir partagé.
Elle s’impose de plus en plus comme le véritable lieu d’élaboration et d’énonciation des normes sociales, morales et politiques.

Emanuele Coccia est maître de conférences à l’EHESS. Ses recherches portent sur l’histoire de la philosophie, l’histoire du droit et l’esthétique contemporaine.
Parmi ses publications en français La vie sensible (Payot et Rivages 2010) et Le Bien dans les choses (Payot et Rivages 2013).

Jean-Hubert Martin, « Des magiciens de la terre à monumenta »

Jeudi 3 avril à 18h30 : Jean-Hubert Martin, « Des magiciens de la terre à monumenta »

Atelier de rencontres de l’École des Arts Décoratifs, les jeudis, de 18h30 à 20h.
EnsAD – Amphi Rodin.
31 rue d’Ulm 75005 Paris
Entrée libre, Ouvert à tous !

L’Atelier de rencontres reçoit Jean-Hubert Martin, historien d’art et commissaire de Monumenta 2014 (10 mai-22 juin/Grand Palais).
Il évoquera son parcours, son intérêt pour Dada et sa rencontre avec Man Ray, son rapport à la scène contemporaine et sa conception de l’art à travers des expositions comme Magiciens de la terre (1989-Centre Pompidou) et bien sûr Monumenta avec  l’artiste Ilya Kabakov, rencontré lors de ses voyages en URSS pour l’exposition Paris-Moscou (1979-Centre Pompidou).

Jean-Hubert Martin, historien de l’art, a été directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou de Paris, du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf. Son intérêt pour les cultures non occidentales l’a conduit à concevoir des expositions décloisonnées en confrontant des œuvres de caractère hétérogène favorisant  ainsi un renouvellement du regard. Son actualité est le commissariat de Monumenta 2014 et une exposition d’art marocain contemporain à l’Institut du monde arabe.

Clément Chéroux, « Prendre l’image »

Exceptionnellement Mercredi 26 mars à 18h30 : Clément Chéroux, « Prendre l’image »

Atelier de rencontres de l’École des Arts Décoratifs, les jeudis, de 18h30 à 20h.
EnsAD – Amphi Rodin.
31 rue d’Ulm 75005 Paris
Entrée libre, Ouvert à tous !

Qu’y a-t-il de commun entre l’un des grands maîtres de la photographie, Henri Cartier-Bresson (1908-2004) apôtre du « moment décisif » et les « paparazzi » dont Fellini a fait le portrait dans la Dolce Vita en 1960 ? À partir de la rétrospective Henri Cartier-Bresson au Centre Pompidou et de «Paparazzi ! Photographes, stars et artistes » au Centre Pompidou-Metz, dont il est commissaire, Clément Chéroux discutera de la manière dont la photographie traverse et fait l’histoire.

Visiting Research Fellow à l’université de Princeton et pensionnaire à l’Académie de France à Rome (2004-2005), Clément Chéroux a enseigné l’histoire de la photographie aux universités de Paris I et Paris VIII, à l’ENSP d’Arles ainsi qu’à l’université de Lausanne. Il est, depuis 2007, conservateur pour la photographie au Centre Pompidou où il a organisé de nombreuses expositions.

  • Saison 2013/2014

  • Menu

  • Archives